Appel à textes

Revue Chemins de formation – Numéro 23

Enjeux de l’explicitation et de ses pratiques dans la formation  (CF23)

Proposition de Jean-Pierre GATE – UCO/septembre 2018

La référence à l’explicitation dans les pratiques de formation est aujourd’hui de plus en plus fréquente et se présente comme l’un des enjeux déterminants de l’apprentissage, qu’il concerne l’enfant, l’adolescent ou l’adulte.

Ainsi prescrit-on l’explicitation dans les programmes scolaires, en particulier dans le référentiel pour l’éducation prioritaire où les objectifs de travail ainsi que les procédures pour apprendre se doivent d’être systématiquement explicités avec les élèves.  De même, dans un article récent, Bucheton (2017) questionne les défis de la parole de l’élève à l’école, sous l’angle, entre autres, de la réflexivité : « développer la réflexivité pour démocratiser réellement le système scolaire » (Bucheton, 2017, p. 12), tel paraît bien être le pari que font les nouveaux programmes.

Dans le domaine de la formation des adultes l’usage de l’explicitation a notamment été popularisé par les travaux de Vermersch (1984). Par rapport à l’expérience que nous vivons, une part importante des connaissances et des procédures mises en jeu restent implicites ; aussi tirer la leçon d’une expérience, c’est expliciter par la verbalisation ce qui la constitue, en nous donnant une description détaillée de ces connaissances et procédures « en acte ». L’entretien d’explicitation se présente ainsi comme un ensemble de techniques focalisées sur la mise en mots a posteriori de l’action et de l’expérience d’une personne.  On y recourt, en situation individuelle ou collective, à des fins d’élucidation du fonctionnement des sujets en situation d’activité, de pratique ou d’apprentissage.

Dans le champ des démarches d’aide au développement cognitif, l’intérêt porté aux pratiques d’explicitation à visée éducative ou rééducative est également récurrent. Parmi celles-ci, figure notamment le dialogue pédagogique initié par La Garanderie (1984). Dans ce modèle d’échange « métacognitif » qui se base sur les concepts et outils de la gestion mentale, l’explicitation prend une place singulière et prépondérante.

Mais de quoi s’agit-il au fond ? Qu’est-ce qui caractérise une telle démarche à travers ses différents champs d’application, ses référentiels théoriques ou méthodologiques contrastés ? En quoi et pour/quoi peut-elle constituer un enjeu de formation initiale ou continue ? Quels sont les acteurs de l’explicitation (qui explicite ?), sur quels objets la font ils porter (quoi ?) et selon quelle méthodologie (comment ?). Telles sont les questions auxquelles ce nouveau numéro de la revue Chemins de formation tentera de répondre.

Les contributions pourront s’inscrire dans l’un ou l’autre des axes suivants :

  • Le concept d’explicitation : origine, sens, ancrages disciplinaires ou théoriques en éducation.
  • Les pratiques d’explicitation à l’école : comment le pédagogue peut-il aider l’élève à élucider et conscientiser son fonctionnement mental en situation d’apprentissage, avec quelle légitimité et selon quelles finalités ?
  • La place de l’explicitation dans la formation des adultes ou dans l’éducation tout au long de la vie : quels sont l’intérêt et les conditions d’un travail de prise de conscience des dimensions implicites de l’expérience ou de l’activité de travail ?